Congo-Brazzaville: Lutte contre le coronavirus, les médias appelés à s’impliquer

Congo-Brazzaville: Lutte contre le coronavirus, les médias appelés à s’impliquer

25 mars 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Le ministre congolais de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla a appelé au cours d’une conférence de presse qu’il a animée à Brazzaville, la presse à aider la population à mieux comprendre les dangers de cette pandémie. Ce, afin d’appliquer les mesures rendues publiques par le gouvernement.


L’organisateur principal de cet échange avec la presse, et les journalistes se sont plié à l’exercice obligatoire de se laver les mains avant d’entrer en salle. Une cinquantaine de personnes étaient attendues se plaçant chacun à une distance d’un mètre.


Cette disposition prouve à suffisance la gravité de la maladie qui met à genoux le monde entier, paralysant ainsi son économie.

Thierry Moungalla a appelé les chevaliers du micro et de la plume à mieux relayer les mesures de prévention et de ne pas monter la psychose au sein de la population.
« Les mesures qui ont été prises au Congo comme dans le monde entier peuvent interroger les populations. Et notre rôle de décideurs que nous sommes, celui des médiateurs que vous êtes, normalement de trouver des moyens, de faire la pédagogie vis-à-vis des populations pour éviter la montée de la psychose », a indiqué le porte-parole du gouvernement.
Le nombre de cas déjà enregistrés au Congo, encore à trois lors de la tenue de cette conférence de presse, sont des cas importés.

Selon l’orateur, l’environnement dans lequel nous vivons a changé au bout d’une semaine. Car il faut se laver les mains régulièrement, tousser dans le coude, ne pas se serrer la main non plus d’accolades et éviter les milieux où les gens son nombreux et confinés.
« Ces consignes font partie des gestes de barrière que chacun doit respecter », a précisé Moungalla.
Pour le gouvernement, il s’agit ici d’éviter que l’on enregistre des cas de contaminations locales.
« Aujourd’hui, il y a une cinquantaine de pays africains qui sont touchés par cette pandémie », a-t-il déclaré.
Dans ces pays, à en croire Thierry Moungalla, il y a deux types de cas répertorier.

« Il y a des cas d’importation c’est-à-dire celui qui arrive de l’étranger et, est détecté positif au corona virus des jours plus tard. Par contre le cas de contaminations locales concerne celui qui n’a pas voyagé ou qui n’a pas été en contact avec une personne positive au coronavirus mais est déclaré contaminé à la pandémie après prélèvement », a-t-il expliqué avant de marteler que « ces mesures qui sont prises c’est de prévenir un cas local ; le jour où nous l’aurons, nous serons amenés à prendre d’autres mesures parce que là nous serions dans une situation plus sérieuse que celle nous vivons aujourd’hui ».

Les mesures prises par le gouvernement à savoir la fermeture des bars, caves, VIP, les écoles, églises, buvettes et boîte de nuits s’inscrivent dans cette logique. La population doit alors prendre conscience que le pays est dans une période exceptionnelle.
Il a conclu, en déclarant que « toutes ces mesures ont été prises pour le bien de tous et non pour faire du tort à qui que ce soit ».

Achille Tchikabaka, correspondant GRANDJOURNALCD.NET à Brazzaville