Ituri: « Biakato » sous menace d’une attaque terroriste

Ituri: « Biakato » sous menace d’une attaque terroriste

5 mars 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Les hommes armés assimilés aux combattants de la rébellion ougandaise de forces démocratique alliées ( Adf) menacent d’attaquer la localité de Biakato, en territoire de Mambasa, en Ituri.

A en croire un ex otage, qui s’est échappé lundi soir, entre les mains des ses ravisseurs, les rebelles  » promettent venir attaquer la localité de Biakato »

 » Ils nous ont demandé qu’ils cherchent à attaquer cette localité. Nous leur avons dit qu’à Biakato, il n’y’a rien » a fait savoir cet ex otage affaiblit suite aux mauvaises conditions de détention.

L’Adf tue aux abords de Biakato

Ce mercredi 4 mars 2020, des rebelles ont attaqué le village Nyaongo, situé à 10 km de Biakato. Selon l’organisation de défense de droit de l’homme, convention pour le respect de droit de l’homme (CRDH), des civils ont été tués, sans pourtant avancé le chiffre. La CRDH indique aussi que d’autres personnes ont été Kidnappées.

La société civile de Biakato parle de deux personnes qui ont été fauchées sous le coup des terroristes.

 » Un rescapé qui vient d’échapper entre les mains des ennemis, ils vient de nous dire qu’on a tué son mari et son voisin » a expliqué Jean-marc Saino, président des forces vives locales.

Biakato reste désert suite à la menace

Des dizaines d’habitants ont fui la localité de Biakato. Ces déplacés de guerre se dirigent en ville de Beni et Butembo au Nord-Kivu, deux entités situées à plus de 70 km, de leur milieu d’origne.

 » Nous ne pouvons pas rester dans notre entité alors que les Adf menacent d’attaquer. Nous nous déplaçons pour nous mettre à l’abri du danger. Ces sont les vieillards et les vieux qui sont encore à Biakato. Les femmes et les enfants s’y sont déjà retirés  » a confié à grand journal. Cd, un déplacé de guerre rencontré à Beni.

La société civile rassure la population sur leur sécurité.  » Les gens ont fui, nous rassurons aux gens que les Fardc ont ici pour nous protéger. Que les gens laissent à fuir, l’ennemi peut profiter dans cette vague de déplacement » a dit Jean-Marc Saino.

Les forces de sécurités congolaises calment les tensions et parlent d’une situation prise au sérieux.

Les rebelles de l’Adf sont actifs dans la province du Nord-Kivu. Ils sont responsables des centaines des morts dans la région de Beni. Ils viennent d’étendre leur activité criminelle dans l’Ituri.

Jonathan Kasereka