Rutshuru : une manifestation pacifique des élèves et écoliers se solde par des blessés.

Rutshuru : une manifestation pacifique des élèves et écoliers se solde par des blessés.

4 mars 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Au total, 13 personnes tous des enfants des écoles primaires et secondaires du territoire de Rutshuru, ont été blessées et tabassés ar les éléments de la police nationale congolaise au cours d’une marche pacifique organisée par les élèves et écoliers de kiwanja et Rutshuru centre contre la fixation des frais scolaires à 45$ dans des écoles primaires publiques à Rutshuru pourtant l’enseignement de base est gratuite. La marche à eu lieu ce mercredi 4/3/2020. Cette alerte est de l’organisation de défense des droits humains, No impunity for congolese state, NICS HR RDC en sigle.

Salon la même source, la marche des élèves et écoliers qui était pourtant avisée à l’autorité administrative du territoire de Rutshuru, a vite était dispersée par les éléments de l’ordre quelques heures après son lancement.

Littinairaire de la marche été bien indentifié dans la lettre d’information, et précisé du rond point vutshumbi jusqu’au Bureau du territoire de Rutshuru via le tronçon bunyangula en passant par le rond point kiwanja.

Des éléments de la police nationale congolaise, conduite par un certain Kato , ont déchiré le mémorandum des enfants, tabassé des petits enfants avant d’en blessé treize autres.

 » Ils nous ont brutalisé. Ils ont tabassé les enfants et ont blessé plusieurs autres. Nous avons été obligé de ramener chaque enfant chez lui pour que les parents s’en chargent. Nous sommes très désolé et en regret », s’indigne un jeune manifestant l’un des organisateurs.

Rappelons que, plusieurs organisations de la société civile et certains mouvements citoyens, accusent depuis un certains temps, l’administrateur du territoire de Rutshuru, monsieur Justin mukanya de contraindre les libertés des citoyens, surtout celles liées au rassemblement et à la marche pacifique. Ces organisations et mouvements citoyens vont plus loin jusqu’à exiger sa démission.

 » On ne comprends pas à quelle constitution l’administrateur du territoire de Rutshuru fait toujours recours quand il s’agit d’ordonner les éléments de la police à étouffer Une marche pacifique. On ne peut jamais accepté à ce que la population soit contrainte à vivre dans la peur sans exprimé. Cette façon d’ettouffer les manifestations est une faute grave et punissable ». Explique Monsieur Theoneste Bahati Gakuru, activiste des droits humains.

Jean Claude Kalere