Congo-Brazzaville/Religion : L’orchestre les Anges de l’Eternel sort « Dieu des miracles »

Congo-Brazzaville/Religion : L’orchestre les Anges de l’Eternel sort « Dieu des miracles »

22 février 2020 0 Par Grandjournalcd.net

L’orchestre chrétien les Anges de Brazzaville prépare la sortie du premier album intitulé Dieu des miracles. Déjà finalisé au studio, opus de chants religieux contient des sonorités spirituelles. , est un travail de musiciens
chrétiens dévoués pour la cause du Seigneur.
Créé le 10 septembre 2017, l’idéal est de louer le Seigneur Jésus Christ à l’instar des anges qui l’adorent jour et nuit. Il compte à son actif plusieurs albums mais
Dieu des miracles sera le premier à être présenté dans les prochains jours au peuple de Dieu ainsi qu’aux mélomanes de la musique chrétienne. Cet orchestre, à en croire son président, se veut plus professionnel et spirituel. « La Paix du Seigneur c’est un orchestre de l’église dont certains musiciens sont membres. Il est donc régi par les statuts et règlement intérieur de l’église. Par contre les Anges de l’Eternel est spirituel et professionnel, il a ses statuts et son
règlement intérieur. Au sein de l’église de Jésus Christ de l’esprit de vérité, il y a également la chorale Sélection et la chorale des Dirigeants », a indiqué Guy Alain Ikolo, président de ces deux orchestres de l’église de Jésus Christ de
l’esprit de vérité généralement appelée église « Bima » en Lingala, qui veut dire
« Sors » en Français.
La chorale Sélection et celle des dirigeants ont deux albums finis en 2009. Seulement ils n’ont jamais été présentés au peuple de Dieu à cause de la non-autorisation du représentant légal et du chef spirituel de l’église, Bolia Inzola
Emmanuel. Ce dernier ne les a jamais appréciés. Depuis lors, les deux produits
ont été rangés dans les tiroirs alors qu’ils doivent être sur le marché de disc. « Une situation qui n’arrange pas les chorales. Dix ans déjà et, on est bloqués », s’est plaint le président G. A. Ikolo sans suspecter une quelconque
main noire : « Il n’y a pas de main noire. L’église est dirigée par le Saint-Esprit à qui nous ne pouvons pas exiger quoi que ce soit. On se soumet simplement à l’autorité spirituelle». Aujourd’hui, dans les chorales et les orchestres de cette église, il y a certains
artistes qui n’ont pour diplômes que leurs talents. Les musiciens qui vont dans d’autres orchestres pour apporter leur contribution vocale, se justifie. Ils peuvent
décider de faire de la chanson religieuse leur profession. Ils n’ont donc pas un autre travail que chanter pour le Seigneur.

Guy Alain Ikolo est arrivé à la présidence de ces orchestres depuis l’année 2000. Il se dit comblé de joie d’apporter sa pierre à l’édifice à l’œuvre du Dieu tout puissant. Il croit que c’est la volonté de Dieu car il ne l’avait jamais cherché. Au file des années, il a réalisé que ces responsabilités lui collaient à la peau. A l’église « Bima », ils ont pour livre de chevêt la Bible et la parole de Dieu. Sauf que dans cette église, Bima vient toujours avant toute chose. Ça fait partie
du règlement de l’église et du culte. « Avant de prier, avant de faire quoi que ce soit, il faut d’abord chasser les
mauvais esprits. Après quoi, on peut commencer sa prière », a-t-on appris. Les Anges de l’Eternel se remettent à Dieu pour leur avenir. Ils ont foi qu’avec les prochains contrats, le groupe espère aller au-delà des frontières chanter pour
le Seigneur et prêcher la bonne parole. Mais il est encore en train de jeter ses bases.

Notons que l’église de Jésus Christ de l’esprit de vérité est arrivée à Brazzaville en 1988 en provenance de Kinshasa, RD Congo. Elle a été créée le 18 février
1975 par l’apôtre prophète Bolia Inzola Casimir sous l’inspiration de l’Esprit-Saint. Et le 18 février prochain, cette église les 45 ans de sa création, une grande
fête est prévue à son siège situé au 32 de la rue Loufoulakari, à Moungali, Brazzaville, capitale de la République du Congo.

Achille Tchikabaka, grandjournalcd.net/correspondant à Brazzaville