AFFAIRES SAUTS-DE MOUTON : Après l’interpellation mercredi du DG de Safricas, Célestin Tunda confirme la fin de l’impunité

AFFAIRES SAUTS-DE MOUTON : Après l’interpellation mercredi du DG de Safricas, Célestin Tunda confirme la fin de l’impunité

20 février 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Faisant suite à la polémique sans cesse ni fin dans les rues de Kinshasa, l’heure de la reddition des comptes a sonné; Car, les enquêtes qui portent sur la construction des Sauts-de-mouton à Kinshasa ont produit leurs premiers résultats, débouchant sur l’interpellation du numéro Un de Safricas-Congo, une des sociétés qui semblent avoir pris beaucoup de retards dans l’exécution des dits travaux.
L’Américain David Blattner, directeur général statutaire de Safricas-Congo (société implantée en RDC depuis 1923) a été interpellé hier mercredi 19 février 2020, au parquet général près la cour d’appel de Kinshasa/Gombe au sujet des lenteurs enregistrées dans la réalisation des travaux de construction des Sauts-de-mouton. Ingénieur civil en mécanique de l’Université de Syracuse aux États-Unis en 1989 et titulaire d’une maîtrise en Administration des Affaires, David Blattner assure la gestion courante de Safricas-Congo en tant que société familiale rachetée en 2000 à la société Belge CFE.
Pour rappel, c’était à l’issue du 20e conseil des ministres, tenu le vendredi 07 février 2020 à la cité de l’Union Africaine, que le rapport final du dit conseil avait chargé le Vice-premier ministre, ministre de la justice et garde des sceaux de faire une descente sur les chantiers afin de se rendre compte de l’état d’avancement des travaux. Le 08 février dernier, le bureau de monsieur Adler Kisula Belika Yeye, procureur général près la cour d’appel de Kinshasa/Matete avait ouvert une instruction judiciaire sur ordre du Vice-premier ministre, ministre de la justice, afin de mener une enquête approfondie sur l’exécution des travaux des 100 premiers jours du chef de l’État. Le 13 février, au terme d’une descente sur les chantiers effectuée par Célestin Tunda Ya Kasende en personne, le patron de justice Congolaise avait déclaré à la presse qu’il devrait se rendre compte de ce qui est réellement fait. ‹‹Je saurrai maintenant surveiller le dossier et m’assurer qu’il soit examiné de manière objective, sans passion et sans non plus de complaisance au niveau des magistrats››.
Hier mercredi 19 février, après l’interpellation du DG de Safricas-Congo, le vice-premier ministre, ministre de la justice et garde des sceaux a réitéré sa volonté de voir la bonne issue de la procédure confirmant la fin de l’impunité en RDC. ‹‹Le règne de l’impunité est vraiment terminé, la procédure ira jusqu’au bout››. Poursuivit le ministre, tout en confirmant que d’autres interpellations vont suivre dans le dossier Sauts-de-mouton, avant de chuter en donnant deux choix à tous ceux qui ont encaissé de l’argent. Ils ont donc le choix ‹‹d’achever les travaux ou de rembourser l’argent››. Dans les deux cas, renchérit le ministre, ‹‹l’infraction demeurera, même si il y a correction››.
L’Etat de droit étant un État dans lequel tous les citoyens sont égaux et répondent de leurs actes, le souhait des Congolais est de voir une justice réellement indépendant dans le pays, car  »la justice élève une nation » dit-on.

MWANIA Zacharie David