Accident de mont Ngafula : Acaj exige la démission du ministre des transports (Communiqué)

Accident de mont Ngafula : Acaj exige la démission du ministre des transports (Communiqué)

17 février 2020 0 Par Grandjournalcd.net

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

« Plusieurs morts à Kinshasa »

Kinshasa, le 16 février 2020- L’Association Congolaise pour l’Acces à la Justice (ACAJ) est vivement consternée par la mort de plusieurs personnes survenue ce dimanche 16 décembre 2020 au Rond-point NGABA, à Kinshasa. Ce désastre a été causé par un véhicule transportant des matériaux de construction et dont les freins auraient connu une avarie. Dans sa course mortelle et incontrôlée, ledit véhicule a rasé tout ce qui se trouvait sur son passage, notamment de paisibles citoyens qui vaquaient à leurs occupations.

Cet énième accident de circulation, impliquant des gros véhicules, est révélateur de graves manquements dont le Ministère des Transports devrait être tenu responsable. D’ailleurs dans ce cadre, l’ACAJ rendra publiques, dans les tous prochains jours, des informations fiables concernant les documents de sécurité et sûreté délivrés, au mépris de la loi, aux exploitants d’autres modes de transport. Dans le cas d’espèce, il est injustifiable qu’un gouvernement responsable tolère et encourage que les véhicules affectés aux chantiers publics soient illégalement exonérés des pertinentes prescriptions du code de la route. Pire, le Ministère des Transports perçoit sur chaque chauffeur une taxe illégale de Trente-cinq dollars américains (35 USD) pour la délivrance d’un prétendu certificat de capacité. Ces ressources, non retraçables au Trésor public,
seraient détournées au profit de la haute hiérarchie du Ministère des Transports.

En considérant que des manquements répétitifs et graves sont à la base de cette catastrophe humaine,
qui plonge des nombreuses familles dans la désolation et le deuil à la suite de la disparition des êtres chers, l’ACAJ recommande ce qui suit :

  1. La démission immédiate du Ministre des Transports et Voies de Communication pour négligences coupables dans l’exercice de ses fonctions, ayant entrainé mort d’homme ;
  2. L’ouverture d’une enquête aux fins d’éclairer l’opinion ainsi que les familles endeuillées sur les causes dudit accident ;
  3. L’ouverture d’une action en justice à l’encontre du chauffeur et de la firme propriétaire du véhicule incriminé, civilement responsable ;
  4. L’ouverture d’une enquête au Ministère des Transports et Voies de Communication pour justifier la base légale de la taxe de 35$, et déférer en justice les auteurs des détournements ci-dessus évoqués.

Pour tout contact,
Me Georges Kapiamba
Président de l’ACAJ
Téléphone: +243814043641
E-mail: acajasbl@yahoo.fr